Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Du podcast l’apprenti au média, Inspire Média – Bilan après 10 mois – Hors-série

3 novembre 2021. 9h18. Marseille. 12e. Je me suis habillé à la va vite. Je porte un sweat gris. J’ai les cheveux en pétard. Installé dans le salon, Gaëlle, ma femme, me mitraille de photos pour préparer le lancement de mon média, Inspire Média.


3 novembre 2021. 9h18. Marseille. 12e.

Je me suis habillé à la va vite. Je porte un sweat gris. J’ai les cheveux en pétard.

Installé dans le salon, Gaëlle, ma femme, me mitraille de photos pour préparer le lancement de mon média, Inspire Média.

Je mets un stylo dans la bouche, je prends un bouquet de fleurs, je fais un signe décollage… je teste toutes les postures sur les photos.

Puis armé de ces photos, je commence à construire une présentation, je commence à raconter mon histoire en slides.

Après 1h de boulot, je télécharge l’histoire et les slides sur linkedIn.

Je me dis que je vais faire un bide monumental.

J’ai dernièrement fait pas mal de bides dans mes partages sur les réseaux sociaux… et je me dis aussi que je ne peux pas me louper cette fois-ci.

Je relis le partage une dernière fois. Je souffle.

J’appuie nerveusement sur la touche publier de mon ordinateur.

Bienvenue dans ce hors-série. Aujourd’hui je vous raconte la suite de mon aventure entrepreneuriale, où comment j’ai créé mon propre média le tout en partant du podcast, l’apprenti. Mais tout n’est pas rose et je connais des moments de profonds doutes.

Pour retrouver les 6 premiers mois de la création du podcast l’apprenti, c’est ici :

=> Hors-Série – La création du podcast de l’apprenti et les 6 premiers mois !

Table des matières

La naissance d’Inspire Média

Grosses claques et remises en question

La lumière au bout du tunnel

Epilogue: nouveau projet et mail inattendu

La naissance d’Inspire Média

Août 2021 – Terrasse d’un appartement à Marseille. 16h31.

C’est une journée venteuse au milieu de l’été provençal. Les cigales chantent mais il ferait presque frais.

Je suis avec Thibaud Viotte qui travaille avec moi depuis déjà 4 mois sur les histoires d’entrepreneurs.

Et on échange sur les valeurs que l’on veut pour Inspire Média.

Inspire Média sera donc la marque qui va chapoter tous les podcasts et autres projets qu’on lancerait.

Inspire Média, c’est cette idée que l’on peut raconter des histoires qui donnent de l’émotion. Des histoires où l’on peut ressentir quelque chose, des histoires qui nous donnent envie d’avancer, qui nous donnent envie de bouger.

Des histoires qui touchent, distraient et mettent en mouvement l’auditeur et le lecteur.

C’est beau dit comme ça… mais toujours sous un format narratif.

Rappelez-vous, “le pierre Bellemarre” de l’entrepreneuriat. C’est mon objectif personnel.

On en parle pendant cette réunion.

On aborde enfin le nouveau projet: on va lancer un nouveau podcast “Le Croquis”.

L’idée est de raconter l’histoire de ceux qui entreprennent au quotidien.

Des gens plus normaux si je puis dire.

C’est un format plus court.

10 mn pour 1000 mots de texte.

Raconter l’histoire du moment de bascule pour ces gens.

Qu’est ce qui fait qu’ils ont entrepris ?

À ce moment de la vie de l’apprenti, tous les signaux sont au vert.

Les chiffres atteignent des records.

Je vais même dépasser les 2000 écoutes en une semaine avec un épisode en septembre, celui sur Marc Simoncini.

Et je me dirige doucement vers les 9000-10000 écoutes mensuelles. Pour un podcast récent, 6 mois, c’est une très belle performance.

Tout va donc bien en cette rentrée scolaire 2021.

Des chiffres au beau fixe. Des projets avec le lancement d’un média.

Mais ce record ne va pas tenir longtemps. Les 2 mois suivants seront ceux de la dégringolade.

Grosses claques et remises en question

Jeudi 30 septembre 2021 – Toulon – Quartier du Mourillon.

Cela fait 2 jours que je suis arrivé dans cette petite maison au bord de la mer à Toulon.

J’ai commencé une retraite pour écrire et réfléchir pour cette rentrée. J’adore faire ce genre de choses.

Et ce matin du 30 septembre est particulier pour moi.

Je dévoile mes derniers jours dans l’entreprise que j’ai vendue, l’Ecole du recrutement.

Je me mets à nu, j’ai même mis une partie audio où je pleure.

L’épisode doit sortir aujourd’hui.

Pour moi, c’est la fin d’une année difficile.

Je vais enfin pouvoir passer à autre chose. Avoir pu raconter l’histoire telle que je l’ai vécue est un soulagement.

Je peux enfin tourner la page.

Mais j’ai peur. Peur d’être ridicule, peur d’être moqué.

Ces épisodes font de bons chiffres avec plus de 1000 écoutes chacun. Et j’ai d’excellents retours notamment d’entrepreneurs qui ont vécu la même chose que moi.

Puis sur le podcast, j’enchaine avec ma nouvelle ligne éditoriale, en présentant des célébrités qui sont aussi des entrepreneurs.

C’est l’épisode sur Roger Federer, le joueur de tennis puis quelques semaines après celui sur Booba, le rappeur.

Puis début octobre, Tapie meurt, je change mes plans et je décide de faire 2 épisodes sur le personnage et toute sa vie. Pour moi, il incarne l’entrepreneur des années 80-90.

Des semaines de boulot à lire 3-4 biographies et enchainer les articles.

Je lance 2 épisodes sur la vie de Tapie.

Et là, c’est le choc.

Mes chiffres d’écoute tombent.

Je passe de plus de 1000 écoutes à moins de 800.

Je passe de 9000 écoutes par mois à 6000 écoutes par mois en 2 mois.

Une baisse de 30%.

Je n’arrive pas à l’expliquer.

Tapie n’a pas plu ? Je ne suis pas sûr.

Les mauvaises nouvelles s’enchainent.

Je pensais être pris dans un incubateur pour média, Creatis, où l’on aurait été bien accompagné… mais je suis recalé.

Entre temps, je commence aussi à bosser avec une 2e autrice, Marie, sur les histoires et on retravaille le design sonore avec un nouvel ingénieur son.

On passe véritablement un cap sur le plan sonore.

Notamment sur la trilogie et les épisodes sur Elon MUsk.

Je retravaille la narration et notamment la diction.

TOUS les jours, je fais des exercices de diction comme ceux conseillés par ma formatrice sur Paris.

Je lis 10 mn en lisant avec la ponctuation, en accélérant puis en ralentissant.

Mais tout Cela ne suffit pas.

Rien n’y fait.

Je n’arrive pas à récupérer mon audience de septembre voire même celle de juillet.

Je suis au fond du trou. Car sans audience, je ne vois pas de salut.

Mais je vais quand même voir la lumière au bout du tunnel.

Une lumière qui viendra de nombreux soutiens.

La lumière au bout du tunnel.

Fin septembre et début octobre, malgré des chiffres déprimants, je lance un Patreon.

Patreon, c’est quoi ? C’est une sorte de cagnotte qui propose à des gens de me verser de l’argent tous les mois pour me soutenir. Souvent de petits montants entre 5 et 10 euros par mois.

Je lance assez timidement. Je me demande qui voudra bien me donner de l’argent.

J’en parle dans ma newsletter puis je commence à en parler sur certains épisodes.

En 3 mois, ce sont 22 personnes qui me font confiance et me versent tous les mois plus de 100 euros.

Dont beaucoup viennent de mon ancienne vie dans le recrutement.

C’est énorme de sentir ce soutien !!! ça me fait un bien fou.

patreon lapprenti inspire media

Puis le 3 novembre, je lance mon média, Inspire Média.

Après quelques coups de chaud, c’est un véritable raz de marée.

Sur LinkedIn, j’accumule plus de 250 000 vues sur mon partage, 1400 likes et 300 commentaires. Gros succès.

Le lancement est réussi, mes photos prises à l’arrache un jeudi matin ont fait leur effet.

Je souffle car cette étape est essentielle… surtout avec le lancement du nouveau site qui remplace celui de l’apprenti.

La lumière vient aussi de plusieurs personnes qui me soufflent des idées pour monétiser mon nouveau savoir-faire.

C’est d’abord un entrepreneur qui a vendu sa boite, Maxime Barbier, qui me donne une 1ère idée:

“Et si tu faisais des mini bio des salariés ? Ces mini bios pourraient remplacer le trombinoscope… et quand on est à distance, avec des mini histoires sur les salariés, on pourra mieux se connaitre. Des mini-bio, ça pourrait plaire aux startups”.

Puis c’est un autre entrepreneur, Thierry Bismuth, qui a fondé cabinet de recrutement:

“Je veux que tu racontes les histoires des entreprises que j’accompagne pour m’aider à convaincre les candidats. Les histoires vont créer un lien fort avec l’entreprise”

Ou bien cette responsable de com qui voudrait que je raconte l’histoire de son entreprise dans le champagne.

En gros, je pourrais devenir une agence de com spécialisée en histoires d’entreprises… et ces histoires seraient utilisées dans plein de cas différents.

C’est rassurant pour moi car finalement, une dernière mauvaise nouvelle m’attend: je recevrai beaucoup moins d’argent dans l’immédiat de mon ancienne boite, l’Ecole du recrutement.

Il va falloir donc que je fasse du chiffre par moi-même.

Mais c’est tant mieux.

Je n’ai plus le choix.

Epilogue: nouveau projet et mail inattendu

6 décembre, 14h42 – Marseille. Boulevard Lyon, 12e.

On est réunis avec Marie et Thibaud.

L’objectif ?

Caler le lancement et l’organisation des nouveaux épisodes sur le podcast et intégrer Marie dans l’équipe d’écriture.

Alors, Marie, 26 ans, littéraire avec un passage en classe prepa littéraire, a bossé dans une startup sur l’adaptation de livres en résumé écrit et audio. Pour nous, c’est clairement un match parfait.

Elle vient d’ailleurs d’écrire et de réaliser son 1er court-métrage. 26 ans.

Marie nous apporte sa technique scénaristique pour nos histoires… d’ailleurs, elle préfère le nouveau format qu’on lance le 18 janvier.

Elle préfère parler des inconnus qui entreprennent. Elon Musk, très peu pour elle.

Et pour réussir ce podcast, nous avons une deadline: 30 juin 2022.

Si d’ici là, on n’a pas réussi à monétiser le podcast et le média, je reviendrai en solo sur le projet.

Car, il faut le dire, je dépense tous les mois 3 000 euros à partir du 18 janvier 2022.

Il va donc falloir trouver des façons de financer ce podcast.

Et comme part miracle, le 25 novembre, je reçois un mail.

C’est Christofer Ciminelli, du label de podcasteur, Orso Media qui m’écrit:

“Comment vas-tu ? J’ai un go de principe d’un annonceur pour te sponsoriser durant 1 mois pour un budget de 2000 euros, soit 1 400 euros nets pour toi.”

Enfin.

Cela démarre.

Et ça, c’est une autre histoire.

Table des matières

Vous voulez avoir le prochain épisode en 1er et les coulisses ?