Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Roger Federer, le plus grand entrepreneur et le meilleur joueur de tennis

Je vous emmène sur les pas de Roger Federer, le sportif devenu entrepreneur. L’homme qui bâtit une fortune considérable et éleva la marque “Roger Federer” au firmament.


Début 2002. New York.

Bureau d’IMG, l’agence de sport Business. 

Ici, se négocie les plus gros contrats de sponsoring entre les stars du sport mondial et les plus grandes marques internationales.

Bill Ryan est tendu.

L’agent de Roger Federer vient de voir son poulain passer 13ème mondiale après une victoire surprise et éclatante sur Pete Sampra à Wimbledon, six mois auparavant.

Face à lui, le représentant de Nike lui fait une offre qu’il ne peut pas refuser.

600 000 dollars par an pour sponsoriser Federer.

Il s’impatiente pendant que Bill tente désespérément de négocier au téléphone avec  Robert, le père de Federer. 

“Hi Robert, je suis avec Sam Gates, pour Nike. Il vient de me proposer 600 000 dollars pour ton fils.”

“Hey, Génial, on a tellement besoin de cet argent !”

Bill, retors, profite de ce que l’agent de Nike n’entend pas les réponses de Robert pour surenchérir.

“Yeah je suis d’accord avec toi, à moins de 1 millions de dollars, on ne signe rien.”

En face, Sam trépigne, jamais sa firme ne signera pour ce montant dans un sport qui ne représente même pas 10% du chiffre d’affaires de Nike.

À l’autre bout du fil, le père de Federer ne comprend rien, surtout pas les réponses de l’agent de son fils.

“Bon sang, Bill, ne merde pas,  on a besoin de cet argent, c’est l’avenir de Roger qui est en jeu !”

“Je te rappelle” – lui répond Bill avant de raccrocher brutalement.

L’atmosphère du bureau se refroidit d’un coup, l’hiver New-yorkais semble s’y être engouffré sans prévenir.

La négociation a capoté, Sam a refusé d’aligner les 1 millions de dollars. 

Federer et son agent vont pourtant remonter au filet et conclure le deal quelques semaines plus tard. 

Aujourd’hui,  je vous emmène sur les pas de Roger Federer, le sportif devenu entrepreneur. L’homme qui bâtit une fortune considérable et  éleva la marque “Roger Federer” au firmament. 

J’ai lancé un Patreon donc si vous voulez m’aider pour financer le podcast, pensez bien à cliquer ici. Un grand merci !

=> https://www.patreon.com/lapprenti

Table des matières

Un jeune colérique qui s’est transformé

Au sommet de son art – Les années Federer

La création de la marque Federer et Tony godsick

Un as pour gérer sa marque: le sportif le mieux payé au monde

Federer, entrepreneur et son déclin au tennis

Épilogue: Federer, l’entrepreneur

Un jeune colérique qui s’est transformé

Roger Federer naît le 8 août 1981 à Bâle, en Suisse allemande.

Très vite il s’enthousiasme pour tous les sports. Il a besoin d’un ballon au pied ou d’une raquette dans la main pour canaliser son incroyable énergie. 

Les mauvaises langues disent déjà que c’est plutôt pour calmer son tempérament colérique.

À 8 ans, Robert et Lynette Federer inscrirvent Roger au Tennis Club Old Boys de Bâle.

Pour Roger, c’est la révélation. 

Chaque jour, il s’imagine remporter Wimbledon. Chaque frappe semble le renforcer dans son nouvel idéal.

Son ambition de débutant ne lui procure pourtant dans son club que des moqueries.

C’est à un entraîneur tchèque, que revient la lourde tâche de faire éclore ce jeune talent. Plus tard ce sera un honneur pour Seppli Krassovsky mais pour l’instant il doit faire face à un pré ado infernal et colérique. 

Un ado dont son père se souvient pour le meilleur et pour le pire

À ses débuts, il a de quoi alimenter sa colère. Il perd ainsi son premier match en compétition sur un score sans appel de 6-0, 6-0. Il a 10 ans et son adversaire trois de plus.

Sa rage n’est que le résultat d’une immense impatience : devenir le numéro Un mondial. Pour Roger Federer les choses sont claires, il doit tout faire pour le devenir.

C’est pourquoi, à  14 ans, il décide seul de rejoindre le centre de tennis-études que la fédération suisse de tennis vient d’ouvrir à Ecublens, près de Lausanne.

Et tant pis s’il n’a pas consulté ses parents.

Ce matin là, Robert se ressert du café dans la cuisine familiale. Alors que Lynette retourne les toasts, il soupire résigné en découvrant le titre du cahier sport local.

Roger Federer un jeune talent de la région rejoint le centre d’entraînement d’Ecublens

En voyant le gros titre, Robert s’étonne à peine comme s’il avait déjà accepté la chose. 

Il tend le journal à sa femme. 

Lynette glisse une larme, ça ressemble tellement à son fils cette impulsivité.

À Ecublens, l’euphorie n’est pas au rendez-vous. Les premiers mois voient les résultats de Roger chuter aussi sûrement que son mal du pays augmente. Même la sollicitude des Christinet, sa famille d’accueil, a du mal à le tirer de son spleen. 

1998.

Roger fait ses débuts sur le circuit professionnel. Un commencement  à l’image de son humeur : instable et imprévisible.

Il perd son premier match au tournoi ATP de Gstaad contre l’Argentin Lucas Arnold Ker. Quelques semaines plus tard, il remporte haut la main le tournoi de Wimbledon Juniors

1999, sa première année sur le circuit  s’avère plus convaincante;

En fin de saison, il s’affiche à la 64e place mondiale.

Seule constante, son sale caractère, une réputation qui le suit depuis Ecublens,  et qu’il n’a de cesse de conforter de match en match. 

En 2001, lors du Masters de Rome, opposé au fantasque joueur russe Marat Safin, il martyrise sa raquette comme rarement : il la jette, la frappe, la casse…

Et qu’importe qu’il gagne, il brûle de colère contre son jeu, ses erreurs, sa jeunesse ! 

La semaine suivante, tournoi de Hambourg, il perd. 

Cette fois, il explose carrément sa raquette sous la chaise de l’arbitre.

Un soir devant la télévision, alors qu’il se regarde pour améliorer son jeu, il se découvre effaré. 

La furie qui hurle, tempête, casse, crie sur le cours, ce ne peut être lui. Il ne peut pas encore casser sa raquette ? Pas après les séances de psy, le coaching de Peter Carter ! Pas après tous ces efforts ! 

Plus jamais. Ne plus jamais se conduire comme ça.

Roger prend conscience qu’il a une image et comme le reste il tient à la porter au firmament.

Au sommet de son art – Les années Federer

En vérité, son comportement au quotidien se révèle beaucoup plus contrasté que ce qu’il donne à voir sur le cours. Les Christinet, sa famille d’accueil à Ecublens, gardent le souvenir d’un garçon complexe et attachant.

Surtout, Roger a besoin d’un entourage exigeant et bienveillant pour donner le meilleur de lui-même.

Une seconde famille se constitue très vite autour de ce jeune homme hors-norme. 

D’abord Peter Carter, son  entraîneur, qui devient son véritable mentor. Ensuite, Pierre Paganini, son préparateur physique, qui joue encore ce rôle aujourd’hui, vingt ans plus tard.  

Le jeune homme dès le début va affirmer sa fidélité aux personnes mais aussi aux marques.

Peter Carter, recruté par la fédération de Tennis Suisse comprend vite comment fonctionne le jeune Roger. Plutôt que de vouloir le faire rentrer dans un moule, il exploite les forces du jeune homme. On lui doit le fameux revers d’une seule main de Federer. 

Alors que Roger est éloigné de sa famille, Peter joue le rôle d’un père et d’un psychologue et contribue à l’émergence de ce qui va devenir la marque “RF” : Roger Federer. 

Un travail qui ne manque pas de donner des résultats. 

L’année 2001 amorce  la naissance d’un champion. 

Titré à Milan

Quart-de-finaliste à Roland-Garros

Tête de série numéro 15 à Wimbledon.

À 19 ans, Federer semble répondre aux espoirs qu’on a placés en lui. 

Mais Federer vise pour lui même  toujours plus haut.

Le 3 juillet 2001, Il terrasse Pete Sampras, 6e mondial mais tête de série n°1. Triomphateur incontesté de Wimbledon depuis 1996. 

  • “Champion is up” , le champion est debout lâche dans une acclamation prophétique le présentateur du match.

Pete Sampras, salue avec une élégance  son vainqueur :

  • Son comportement sur le court est très similaire au mien. Il est très relax et ne manifeste pas trop d’émotions. »

Visiblement, si canaliser ses émotions réussit au jeune Federer, la suite va lui apprendre que tout ne dépend pas uniquement de lui.

Son élimination prématurée au tournoi Toronto en 2002 est le signe que sa métamorphose n’est pas encore achevée.

Puis le trou noir. 

Son mentor et coach Peter coach meurt brutalement lors d’un Safari en Afrique du sud. 

Roger est dévasté. 

L’homme qui a vaincu sa colère est mort.

Le seul homme qui ne riait pas lorsqu’ adolescent il disait qu’il allait devenir le meilleur joueur du monde.

Encore en 2019, quand il en parle, il pleure.

En perte de moral, Federer s’efface dès le premier tour de Roland Garros en 2003 face au Péruvien Luis Horna. 

Un revers qu’il s’empresse de transformer en victoire quelques mois plus tard.

Le  6 juillet 2003 Roger Federer soulève son premier trophée du Grand Chelem, à Wimbledon, après une victoire en trois sets contre l’Australien Mark Philippoussis. 

Précédemment adoubé par Sampras, tous les grands du Tennis l’acclament dans les années qui suivent. 

John McEnroe,  Mats Wilander, Ivan Lendl,  Rod Laver, tous le célèbrent, rêvent de jouer comme lui, sont flattés de lui être comparé. 

Le 2 février 2004, Roger Federer devient numéro 1 mondial. 

Federer occupe pendant  310 semaines la première place du classement mondial de tennis ATP World Tour, et détient le record de 237 semaines consécutives. 

Une réussite qu’il doit aussi à Mirka, sa femme, son roc, comme il le dit, rencontré en 2000 au JO de Sidney.

Mirka va lui donner quatre enfants, deux paires de jumeaux (2009 & 2014). Mais surtout elle  lui offre la constance dans tout ce qu’il entreprend désormais. 

Roger Federer est dorénavant la marque d’un tennis élégant, d’un comportement impeccable, avec des résultats exceptionnels.

Tous les possibles s’ouvrent à lui.

Le destin va en faire l’un des plus grands entrepreneurs sportifs du XXIème siècle. 

La création de la marque Federer et Tony godsick

A l’aube des années 2000, la partie sponsoring et relation avec les marques est gérée par un cercle de proches au centre duquel se trouve sa femme, Mirka.

En 2003 alors que Roger remporte son premier Wimbledon, Mirka lance une marque de parfums RF Cosmectic.

La progression sportive de Federer les années suivantes est spectaculaire, celle de sa  marque beaucoup moins.

En 2005, Federer est numéro 1 mondiale et sa marque ne lui rapporte que 14 millions de dollars.

Il est temps pour Mirka de prendre du recul, elle le sent. Tout va se jouer chez IMG où Monika Seles entraîne Roger pour une présentation de son pdg Ted Forstmann. À la fin du son discours, Roger n’est pas convaincu.

“Monika, je ne me sens pas à l’aise avec ces gens… lui déclare sans ambages Federer.”

 “Roger écoute, j’ai toute ma confiance en Tony Godsick, le mari de Mary Joe Fernández, tu devrais travailler avec lui.”

Tony Godsick commence sa carrière chez IMG, le mari de la double médaillée d’or olympique et championne du Grand Chelem en double a tous les atouts pour séduire Federer.

Ce sera donc lui que choisit Roger pour gérer son business. Une rencontre qui va sceller entre les deux hommes une véritable histoire d’amitié fructueuse.

Très vite, les deux hommes se retrouvent à parler plusieurs fois par jour au téléphone. Pour Tony, la rencontre de Federer est celle de sa vie. D’ailleurs, il déclare en 2020 : 

  • Roger est un être humain extraordinaire en ce qui concerne les relations. Peu de gens sont aussi engageants et charismatiques que lui. Il rend les choses amusantes

Cinq ans plus tard, les résultats parlent d’eux même. Roger enchaîne les contrats avec des marques prestigieuses : Mercedes-Benz, Rolex et les chocolats Lindt. 

Cette année-là , il totalise 43 millions de dollars de chiffres d’affaires et remporte sa 16ème victoire en Grand Chelem à l’Open d’Australie. 

La même année Federer renouvelle  son contrat avec Nike pour 10 ans. 

La confiance entre les deux hommes ne cesse de grandir et en 2013, ils décident d’un commun accord de quitter IMG pour créer leur propre société : 

Team 8.

Tony et Roger ont des idées qu’ils ne peuvent réaliser que seuls.

Pour s’imposer, la marque “RF” doit être totalement autonome et se dégager des contingences du Tennis mondial.

Roger Federer crée en 2017, la Laver Cup, un tournoi d’exhibition où se rencontrent les meilleurs joueurs de l’année. Une manière pour lui de faire un pas de côté du circuit ATP.

Tony et lui imposent également une prime de présence sur les tournois de moindres envergures. Une sorte de garantie qui peut monter à plusieurs centaines de milliers de dollars pour s’afficher sur un tournoi.

Team 8 est une réussite ; bureau à Cleveland et à New York. Vingt employées qui gèrent et représentent des athlètes de haut niveau, y compris dans le monde du Football ou du Hockey sur glace. 

Rugueux et difficile en affaires, Federer continue pourtant d’imposer sur le terrain son image de sportif élégant. Un esthète du tennis, proche du public qui convainc par sa gentillesse et sa disponibilité.

En 2020, Federer obtient pour la dix-huitième année consécutive le titre de joueur préféré des fans lors des ATP Awards. 

On est loin du Federer colérique qui fracassait ses raquettes sur le court. Loin aussi de l’ado à la coiffure peroxydée des années 90. 

Roger Federer, cheveux brun, coupé court, la silhouette musclée entre  en toute décontraction en veste sur le gazon de Wimbledon. 

La marque “RF” accolée aux valeurs de la Suisse, neutralité, tempérance, élégance fait désormais un tabac et se décline sur de nombreux produits dérivés.

Tony a réussi à faire éclore une marque mondiale unique. Une marque qui fait de Roger Federer le sportif le mieux payé du monde.  

Un as pour gérer sa marque: le sportif le mieux payé au monde

Pour Roger l’argent n’est pas une fin en soi et c’est paradoxalement ce qui va porter sa marque au pinacle.

Au fil des années il va devenir une véritable “ joueur marque ” à l’instar de Christiano Ronaldo ou Lionel Messi. 

Le champion ne fait jamais rien à moitié. Comme on peut le voir lors de cette “journée Roger Federer” organisée chez Nike.

Ce jour-là, Cindy Peekaboo s’en rappelle parfaitement. Cette jeune responsable marketing est attablée à la cantine de Nike avec quelques collègues.

Autour de la table, les collaborateurs sont tout  excités à l’idée de rencontrer leur idole. Cindy, hèle le barista pour qu’il leur apporte un  café. 

L’homme s’approche d’eux et avec un sourire taquin leur demande

“Bonjour, qu’est-ce-que je peux vous servir ?”

“Trois cafés et un latte” répond Cindy – avant d’ouvrir des yeux ronds comme des soucoupes !

“Hum” -réponds le barista – “je crois que je ne sais pas vraiment  faire le café. Je m’appelle Roger Federer, ravi de vous rencontrer” – enchaîne le champion ravi de sa blague.

Et Federer de terminer sa journée en jouant à la WII avec les collaborateurs de Nike.

Attendu comme une star, il se présente comme un parfait quidam, c’est là tout le style de Federer.  

Simplicité et fidélité sont ses marques de fabrique. Tous ses partenariats s’inscrivent dans le long terme et avec des marques reconnues comme Nike, Rolex, Mercedes, Barilla, Lindt, Crédit suisse

Si côté court sa personnalité de gentleman hors pair ne fait pas de doute, côté jardin il développe une véritable posture de Business man. 

Roger possède un instinct stratégique redoutable et se trouve aussi à l’aise sur un cours de Tennis que dans la salle d’un  conseil d’administration. À tel point qu’on lui reproche parfois  de n’être finalement qu’un pur produit de consommation. 

Et c’est vrai que les 106 millions d’euros que lui rapportent ses sponsors en 2019 vont plutôt dans ce sens. Roger Federer s’affiche régulièrement depuis plusieurs  années dans le classement Forbes des sportifs les mieux payés au monde. 

On retrouve dans ce club ultra select des sportifs comme Michael Jordan, le golfeur Tiger Woods et le boxeur Floyd Mayweather.

Le businessman se révèle aussi habile dans la gestion de ses réseaux sociaux. Réputé pour les gérer lui-même en direct, il adopte un positionnement premium tout en affichant son éternel simplicité et une proximité de bonne aloi.

Il porte la marque “RF” au firmament et son appétit sur le cours n’a d’égal que celui dans ses affaires.

En 2018, revenu au top après une blessure,  le sportif étonne encore lorsqu’il se classe à la première place mondiale. 

Un instant de grâce  et une émotion royale de la part de Federer pour la première fois, un vrai coup porté à  la gorge de son adversaire.

Pourtant à 37 ans, le champion apparaît à l’aube de sa retraite. 

Qu’importe, si Federer en a conscience il n’en laisse rien paraître. Avec l’aide de Tony Godsick, il signe un contrat de partenariat exceptionnel de  300 millions de dollars sur 10 ans avec  Uniqlo.

Il délaisse Nike son partenaire de toujours. La firme  emblématique garde pourtant la marque RF qu’elle possède contractuellement. 

Tony et Roger entament alors un nouveau match contre l’équipementier avec comme objectif: reprendre les droits de la marque “RF”.

Jeu, set et match pour ces redoutables joueurs en double qui récupèrent les droits de la marque en avril 2020.

À la fin des années 2010, Federer est au top du tennis mondial et à nouveau propriétaire de sa marque.

Si la carrière du sportif de 37 ans tire logiquement sur sa fin, celle d’entrepreneur ne fait que commencer. 

Federer, entrepreneur et son déclin au tennis

La bataille avec Nike laisse des traces pour Roger Federer qui décide d’en tirer les leçons.

Il ne veut plus jamais laisser sa marque lui échapper. 

Roger Federer pour parer à toute nouvelle tentative d’appropriation se retrouvent désormais  à la tête de six marques :  The Roger, The Roger Clubhouse, The Roger Wild Card, The Roger Centre Court, The Roger.

Des marques qu’il entend bien développer dans les domaines qui le passionnent désormais.

Et notamment les Sneakers. La légende lui attribue plus de 250 paires ! 

Son choix se porte sur On, une jeune marque de Sneakers avec lesquels il s’affiche.

Caspar Coppetti, le cofondateur de la société ON découvre un jour de 2019, le champion chaussé d’une des paires de son entreprise.

Un dîner New-Yorkais la même année entre Caspar et Roger va créer plus qu’une relation : un partenariat.

À table, le courant passe aussitôt entre les deux hommes, qui partagent manifestement la même fibre entrepreneuriale.

“Roger nous sommes très fier que tu portes nos chaussures,r tu es un ambassadeur formidable pour la marque !”

“Merci Caspar ! Mais je me sens plus qu’un ambassadeur pour ON.. J’ai envie d’autre chose ..”

Pour Caspar la perche tendue est trop belle.

“Que veux tu ? Si c’est investir chez nous, nous serons ravis ! “

Le dîner se conclut par une poignée de main et une bouteille de champagne.

La suite se révèle être un grand chelem pour On running.

Federer rejoint la start up avec une triple casquette  :  investisseur, designer et ambassadeur. Le montant de son investissement est évalué selon les sources de 45 à 140 millions d’euros.

Un  an plus tard On running dispose désormais de plus 8 000 revendeurs dans 55 pays. Ses ventes sur internet ont explosé avec une croissance a 200%.

Ce qui permet à la société de préparer une entrée en bourse à l’automne 2021 sur la base d’une valorisation  entre 4 et 6 milliards de dollars.

Pour Federer sa relation avec On running s’inscrit dans une véritable passion pour les sneakers et pour la mode. 

La mode qu’il adore à tel point qu’il veut lancer une ligne de vêtements. 

Pour ce faire, il s’offre les conseils – excusez du peu – de son amie  Anna Wintour, la rédactrice en chef du Vogue USA comme elle l’explique ici.

Si le Businessman fait feu de tout bois, le champion de Tennis doit faire face à un nouveau revers. Une troisième opération du genou. 

En 2021, il ne dispute que 13 matchs sur 5 tournois et échoue en quart de finale à Wimbledon.

Le phénix n’a pourtant pas dit son dernier mot. Une chose est sûre, il sait toujours trouver aide et réconfort auprès des siens.

Des proches étonnamment à son image, un pied dans le tennis, l’autre dans les affaires.

À L’instar du milliardaire Jorge Paulo Lemann, ancien champion de tennis, chez qui Federer s’est entraîné à plusieurs reprises. 

On prête d’ailleurs à cet actionnaire majoritaire du groupe Kraft Heinz et de la chaîne Burger King d’avoir accompagné les premier pas  Federer dans le business.

Et si 2021 pourrait signifier les derniers pas de Federer dans le Tennis. 

Il semble prêt à déployer ses ailes dans beaucoup d’autres domaines.

Épilogue: Federer, l’entrepreneur

Alors certes, ses nombreux titres le positionnent dans le panthéon des joueurs de ce début de XXIème siècle. Mais face à lui on trouve des sportifs comme Djokovic et Nadal au palmarès aussi impressionnant. 

Federer s’impose aujourd’hui,  comme un entrepreneur. 

Si la fin de carrière s’apparente pour beaucoup de sportifs à une mise à la retraite, pour le champion, elle signifie plus de temps pour développer ses nombreuses activités.

L’homme qui a déjà gagné 1 milliard de dollars au cours de sa carrière ne va sûrement pas s’arrêter là.

Et même s’il sait se présenter et agir en homme simple comme il l’explique au Parisien en 2009 : 

« J’espère que les gens se souviendront de moi comme d’un bon gars qui a fait de bonnes choses sur le circuit. Que les gens disent que j’ai été exemplaire, que je n’ai pas seulement pensé à moi et à ma réussite. »

Chacun est pourtant en droit de se demander qui de l’homme ou de la marque se souviendra-t-on vraiment ? 

Et ça c’est une autre histoire.

Je remercie toutes les personnes qui contribuent au Patreon: Florent Letourneur Ingrid Muccignato Melina Moussali Mathieu Cherubin Alain Rochard Colombe Paland Guillaume Rigal Valentin Meunier Emmanuelle Larras Arthur Massonneau, Caroline Lamboley, Stéphanie Comte et Sarah.

Notes

Comment Roger Federer a bâti son empire financier

Laver Cup : le business du loup de Federer

Comment Roger Federer gagne et dépense son argent

Roger Federer’s Biggest Legacy? It Might Be His Billion-Dollar Brand.

https://www.businessinsider.fr/comment-roger-federer-gagne-et-depense-son-argent-187994#:~:text=En 2020%2C.

Au classement des fortunes, ” Forbes ” consacre Roger Federer et déboulonne Kylie Jenner

“A Good Sense of Trust”: Roger Federer Opens up on His Partnership With Agent, Tony Godsick – EssentiallySports

ATP – Quand Federer devenait le plus vieux n°1 de l’histoire !

Dream Team

Tennis : nouvelle opération du genou pour Roger Federer

Roger Federer Tops World’s Highest-Paid Athletes: Tennis Ace Scores First No. 1 Payday With $106 Million

Roger Federer – Wikipédia

Sur les traces de Roger Federer

Table des matières

Vous voulez avoir le prochain épisode en 1er et les coulisses ?