Tony Hsieh : une machine à entreprendre – Ep 1

Tony Hsieh est un entrepreneur qui connaît un succès immense avec Zappos. Tony veut donner du bonheur à tous mais il va s’oublier.


Décembre 1987 – Californie, Comté de Marin.

C’est la fête chez les Hsieh car Judy vient de récupérer le journal local ce matin-là et l’exhibe devant toute la famille.

Judy Hsieh

“Tony, Tony !!! Regarde”

Tony Hsieh

“Quoi ?”

Judy

“Tu te rappelles ce journaliste qui est venu la semaine dernière ?

Ça y est, son article sur toi est sorti dans le San Rafael News !

Je suis super fière de toi ! Bravo !”

Tony

“Ah ? tant mieux…”

Il jette à peine un œil à l’article pourtant élogieux.

On y voit Tony sur une photo noire et blanc avec sa frange qui pose devant le bureau de poste locale avec des pin’s faits maison avec en titre:

“Ce garçon du coin a tout ce qu’il faut pour réussir !”

Effectivement, Tony a à peine 12 ans qu’il a monté un petit business de Pin’s avec l’argent de ses parents. Il reçoit les photos des enfants qui veulent leurs Pin’s puis les renvoie par courrier pour 1 dollar pièce. Avec l’argent, il finance une fête pour les patients de sa mère pour l’hôpital local.

Dans l’article, Judy conclue :

“Je ne sais pas ce qu’il fera mais quoi qu’il décide, il le fera”.

Je vous emmène sur les traces de Tony Hsieh, un entrepreneur de génie qui va défier toutes les règles du e-commerce et créer une révolution avec Zappos. Un entrepreneur qui connaît aussi la gloire et la descente aux enfers. Dans ce 1er épisode, Tony découvre l’entrepreneuriat très jeune avec succès.

Table des matières

L’entreprenariat créatif en ADN

Les pizzas à Harvard : le 1er vrai business de Tony

LinkExchange, un succès

Vente et aventures de Tony

Épilogue

Tony Hsieh : une machine à entreprendre - Ep 1

L’entreprenariat créatif en ADN

Tony Hsieh (on dit “shay”) naît dans l’Illinois en 1973. Ses 2 parents, Richard et Judy sont des immigrants venus de Taiwan. Ses 2 parents se rencontrent à l’université américaine.

Comme le décrit Tony, ses parents sont des parents d’origine asiatique typiques. Ils attendent tout de leurs enfants qui doivent rentrer dans une université prestigieuse pour être docteur ou avocat…. et le tout en jouant parfaitement de la musique.

Son père est ingénieur chimiste et sa mère, travailleuse sociale suivent effectivement ces principes à la lettre. Avec ses 2 frères, ils sont poussés pour être les meilleurs.

Toute la famille déménage en Californie en 1978 mais l’exigence parentale sur les études est toujours aussi forte. 

Au collège, Tony apprend le piano, le violon et même la trompette et doit s’entraîner tous les jours 30 mn au minimum sous la surveillance de ses parents.

Mais Tony est souvent fatigué de cette pression et trouve des subterfuges pour y échapper.

1988 – Maison des Hsieh, Californie

Comme chaque matin du WE, Judy veut s’assurer que Tony répète bien ses gammes pour le violon. 

Elle est dans les escaliers lorsqu’elle crie vers la chambre de Tony.

Mère de Tony

“Tony ! C’est l’heure de ta répétition !”

Tony est à peine réveillé… et alors qu’il émerge, il appuie sur le bouton de son radiocassette où l’on entend quelqu’un faire des gammes.

Il augmente le son.

Mère de Tony

“C’est très bien Tony !!! N’oublie pas que tu as une compétition la semaine prochaine !”

Tony se rallonge, sourit. Il n’en peut plus de cette pression parentale.

“Qu’ils me foutent la paix” mumure-t-il.

Tony devient les années suivantes un singe savant. Il apprend le français, l’espagnol, le latin, se met aux échecs, fait du piano et du dessin. Il prend même des cours de théâtre. 

Tony est à la fois rigoureux et créatif mais surtout Tony est entreprenant comme ce jour où il lance une entreprise de Pin’s personnalisés.

Dès son plus jeune âge, Tony rêve d’une chose: la liberté. Et cette liberté, il l’aura par l’argent.

Cette enfance où il apprend tout ce qu’il peut sous la pression parentale est vécue secrètement comme un enfer par le jeune homme… mais il obéit. Il se sent pourtant très seul.

Tony Hsieh : une machine à entreprendre - Ep 1

Les pizzas à Harvard : le 1er vrai business de Tony

Le bon élève Tony intègre la crème de la crème au début des années 90, Harvard, la prestigieuse université.

Et c’est là qu’il va faire ses vrais débuts d’entrepreneur.

Il remporte pendant ses années d’université un appel d’offres pour gérer le restaurant de la résidence universitaire, le Quincy House Grille.

Mais Tony décide de ne pas faire comme tout le monde.

Au lieu de vendre seulement des hamburgers et des milkshakes, il décide de vendre des pizzas.

La raison ? Les pizzas sont plus rentables et plus faciles à produire à l’échelle.

Avec son compère Sanjay Madan, ils paient leurs études grâce à cette activité et surtout il fait une rencontre qui s’avère importante par la suite Alfred Lin.

Un soir d’avril 1994 alors qu’il tient le restaurant…

Etudiante 

“Dis Tony, tu peux me faire une pizza 4 fromages ?”

Tony

“Bien sûr”

Etudiante

“Tu as vu qu’il y a quelqu’un qui vend des parts de pizza à l’unité dans les dortoirs ?”

Tony

“Quoi ? Qui ?”

Etudiante

“C’est Alfred Lin…”

Tony

“Ah putain d’Alfred, moi qui croyais qu’il mangeait beaucoup…”

Et Tony qui croyait qu’Alfred était juste un gros mangeur de pizzas… Il venait d’acheter sa 3e pizza ce soir-là.

Et ce même soir, il va discuter avec Alfred qui devient un ami malgré tout…

Alfred est impressionné par Tony.

Tony, le seul gars qui bosse le moins possible tout en maximisant ses notes à l’université. Tony qui est à la recherche permanente de l’effet de levier : faire un minimum de choses pour un maximum de résultat.

Alors quand il sort diplômé en informatique de Harvard en juillet 1995, il ne sait pas trop quoi faire… il passe 5 mois chez Oracle mais il s’ennuie. Les jeux politiques, trop peu pour lui.

Début 1996, il décide alors de créer son entreprise, LinkExchange avec son copain de toujours, Sanjay MadanUne entreprise qui va changer totalement sa trajectoire…

Tony Hsieh : une machine à entreprendre - Ep 1

LinkExchange, un succès

Avec 2 camarades de classe à Harvard, Sanjay et Ali Partovi, Tony lance une plateforme de publicité en 1996, LinkExchange.

Un concept totalement novateur… de la publicité collective.

Toute entreprise peut y adhérer gratuitement en insérant un bout de code et les publicités des autres sites apparaissent. 

Donc cela ne vous coûte rien et peut vous rapporter de l’argent… sans rien avoir à faire.

En l’espace de 3 mois, de mars 1996 à juin 1996, ils contactent tous les webmasters des sites qu’ils peuvent et ont leur 1ers clients.

De 30 clients à leur début, ils passent rapidement à 20 000 pages web participantes ! 

En 1998, LinkExchange, c’est 400 000 membres qui ont des pubs sur leur site et 5 millions de publicités par jour ! 

Un carton gigantesque ! 

Et tout ça financé sur leurs fonds propres… au bout de 6 mois, ils reçoivent leur 1ère offre d’achat pour 1 million de dollars. Ils refusent.

Et ce manque d’argent pour se développer est souvent une source de créativité pour Tony, prêt à tout.

Los Angeles, Californie, Avril 1997

La conférence Internet World 97 est l’occasion unique pour toutes les entreprises de se présenter au monde entier… mais le coût des entrées et du stand sont trop élevés pour LinkExchange. 

Tony propose une idée pour y être présent.

Quelques jours avant, il se présente devant les bureaux de LinkExchange.

Tony 

“Les gars, venez voir !”

Et Tony se plante devant un énorme camping-car.

Tony 

“Voilà ce qu’on va faire…on va aller en camping car jusqu’à la conférence et on va se garer devant la conférence et on va sortir nos bannières et logos”

Madan 

“Non mais Tony… on n’a pas le droit de faire ça..”

Tony

“On s’en fout, qu’est-ce qu’ils vont nous dire… il faut juste trouver une bonne place de parking”

Et ils partent donc tous en camping-car quelques jours plus tard. L’opération est un succès et ils proposent même une distribution gratuite de t-shirts “LinkExchange” si les clients viennent avant midi le jour de la conférence.

Ils deviennent même plus visibles que le stand voisin… Altavista, un nouveau moteur de recherche sur internet.

Pourtant fin 1997, LinkExchange commence à faire du bruit dans le marché balbutiant de la publicité internet… et c’est même un des acteur les plus importants du secteur, Yahoo, qui souhaite désormais le racheter. 

Jerry Yang leur propose alors 25 millions de dollars… mais ils refusent. Ils continuent de s’éclater et avec leurs 25 salariés, les projets et les succès s’enchaînent.

Cette fois Tony, se dit qu’ils doivent accélérer et ils lèvent plus de 3 millions de dollars avec Sequoia fin 1997.

Pourtant, c’est aussi le début de la fin pour Tony, au moment où LinkExchange change de taille.

Tony Hsieh : une machine à entreprendre - Ep 1

Vente et aventures de Tony

Pour Tony, il est donc temps que LinkExchange change de catégorie comme il l’explique à son équipe fin 1997.

“Nous vivons une époque très particulière. L’industrie de l’Internet explose. Des entreprises comme Netscape, eBay, Amazon et Yahoo ! sont en train de changer le cours de l’histoire humaine. Jamais auparavant autant d’entreprises n’ont connu le succès en si peu de temps. Nous avons l’opportunité d’être l’une de ces entreprises tout en ayant le meilleur moment de notre vie”.

En 18 mois, LinkExchange passe de 25 salariés à plus de 100 personnes. C’est l’hypercroissance pour Tony… qui pourtant vit mal les choses.

Ce passage d’une petite équipe de missionnaire à une grosse équipe plus structurée avec beaucoup de profils d’ingénieurs classiques lui pèse… il ne s’y retrouve plus.

Il a l’impression de perdre toute la création et la liberté qu’il cherchait…désormais il gère les jeux politiques, les relations et les processus.

Un matin, il ne peut plus se lever.

Tony 

“Putain… non”

Petite amie de Tony

“Qu’est-ce que tu fais ???”

Tony 

“Je n’ai pas envie de me lever… je ne m’éclate plus dans cette boite. C’est devenu tellement chiant à gérer.”

Finalement en accord avec ses associés, quand Microsoft les contacte pour les acheter fin 1998, il décide de se vendre à Microsoft.

Au moins, il pourra retrouver sa liberté…

Microsoft qui leur offre une énorme somme, plus de 265 millions de dollars.

Tony reçoit 40 millions de dollars, 32 millions de dollars tout de suite et 8 millions de dollars si il reste un an après la vente.

Mais Tony s’ennuie vite et déteste la culture de Microsoft… Il quitte l’entreprise quelques mois après la vente.

Il s’achète alors tout ce dont il rêve, un logement, une télévision grand écran, un ordinateur et un home cinéma.

Mais il se sent vide chez lui dans son nouvel appartement… Il finit par lancer un incubateur et une société d’investissement, Venture Frogs avec Alfred Lin.

Mais la dépression le guette en permanence… Tony ne supporte pas d’être seul. Il doit faire pour être et se sentir.

Un jour de 1999, 1 an après la vente, c’est un certain Nick Swinmurn qui va changer les choses.

Tony Hsieh : une machine à entreprendre - Ep 1

Épilogue

Nick Swinmurn est en 1999 un jeune diplômé d’université… qui veut vendre des chaussures sur internet. Mais son idée est refusée par tous les fonds de la Silicon Valley.

Un ami lui conseille d’essayer ce fond d’investissement, qui finance les idées plus folles, Venture Frogs. C’est Tony qui le reçoit dans ses bureaux.

Juillet 1999, Silicon Valley, Siège de Venture Frogs

Les 2 hommes s’installent dans des poufs colorés dans une des salles près de l’entrée. Nick a décidé de lâcher le costard-cravate ce jour-là et Tony est en bermuda claquettes.

Nick

“Bonjour Tony !”

Tony 

“Bonjour Nick ! 

Qu’est-ce que tu as comme projet ?”

Nick

“Je vends des chaussures en ligne”

Tony

“Pourquoi ça marcherait ?”

Nick 

“Le marché de la chaussure, c’est un marché de 40 milliards de dollars, dont 5 % sont déjà vendus par des catalogues de vente par correspondance”

Tony 

“C’est dingue ce truc ! Si ce que tu dis est vrai, le marché est énorme sur internet !

Et comment s’appelle ta boite ?”

Nick 

“Zappos !”

Quelques semaines après, Tony rappelle Nick, il investit dans ce projet, il y croit. Il sent que le potentiel est énorme.

Et ça, c’est une autre histoire au prochain épisode !
=> Tony Hsieh : Zappos, l’entreprise du bonheur – Ep 2

Tony Hsieh : une machine à entreprendre - Ep 1

Notes

Happy at Any Cost: The Revolutionary Vision and Fatal Quest of Zappos CEO Tony Hsieh Kindle Edition

https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2020/11/29/tony-hsieh-ancien-patron-du-site-de-vente-de-chaussures-zappos-meurt-a-46-ans_6061532_3382.html

Delivering Happiness: A Path to Profits, Passion, and Purpose | Tony Hsieh | Talks at Google

https://www.forbes.com/2010/07/01/tony-hsieh-zappos-leadership-managing-interview.html?sh=3f8420016d4e

https://www.forbes.com/forbes/2008/0602/078.html?sh=64343ec519e9

https://www.forbes.com/sites/alexkonrad/2020/11/28/zappos-ceo-tony-hsiehs-legacy-from-tech-leaders-who-knew-him-well/?sh=7a164d855e1d

Tony Hsieh: The rise, the fall, the future:

https://medium.com/@whoisolaxtra/tony-hsieh-and-zappos-aa51142fe79

https://medium.com/mels-talk/10-rules-of-success-from-tony-hsieh-founder-of-zappos-com-2110319535c2

https://www.businessinsider.com/nick-swinmurn-zappos-rnkd-2011-11?r=US&IR=T

https://www.theguardian.com/cities/2014/nov/20/downtown-and-out-the-truth-about-tony-hsiehs-350m-las-vegas-project

https://lasvegassun.com/news/2013/sep/09/joe-downtown-historic-day-citys-center-zappos-make/

https://www.theday.com/local-news/20210126/report-details-fire-that-killed-zappos-founder-tony-hsieh/

Table des matières

Vous voulez avoir le prochain épisode en 1er et les coulisses ?