Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google 

L’histoire de Google se résume à une seule rencontre: Larry Page et Sergey Brin en 1995 sur le campus de Stanford. Ils ont imaginé ce que serait l’internet de demain.


Printemps 1995, Campus de l’Université de Stanford, Californie.

Sergey

“Ok les gars, je m’appelle Sergey Brin, je suis en seconde année à Stanford, on va s’éloigner un peu du match de baseball pour qu’on puisse s’entendre et que je vous présente le campus.” 

Larry

“T’as peur qu’une balle perdue casse tes lunettes de premier de la classe en maths ?” 

Sergey

“Un p’tit calcul de probabilité me dit que ce serait déraisonnable d’avoir peur. Mais les probas c’est pas trop ton truc non ?” 

Larry

“Avant de faire des probabilités, il faut être sûr d’avoir toutes les données en main. Peut-être que le frappeur est jaloux de ta meilleure note et cherche à provoquer un “accident” …” 

Sergey

“Tu as raison, et en plus, je lui ai volé sa copine donc t’imagines, le gars veut vraiment ma mort…”

Larry

“Ouch… C’est passé pas loin.”

Sergey

“Ce qu’on va faire c’est quitter le domaine des probabilités pour celui de la physique pure et quitter ce satané terrain !” 

Larry

“Dommage on s’amusait bien…

Au fait ! Je m’appelle Larry. Larry Page.”

La visite du campus de Stanford continue sur le badinage incessant de Larry et Sergey. Les deux hommes viennent de se trouver. Ils aiment le débat, les mathématiques et surtout  les nouvelles idées. 

Je vous emmène aujourd’hui, à la genèse d’une histoire qui va façonner le 21e siècle, la naissance de google, le moteur de recherche inventé par Larry Page et Sergey Brin.

Table des matières

Ils avaient tout pour s’entendre: leur origine

Organiser l’information du Web

Quand Google devient une entreprise

Le décollage et financement

Comment gagner de l’argent ?

Un nouveau PDG et la difficulté à lâcher

Épilogue

Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google 

Ils avaient tout pour s’entendre: leur origine

Il n’y a qu’une histoire américaine pour commencer sur les chœurs de l’armée rouge. Cette histoire commence par celle des parents de Sergey, deux mathématiciens russes qui fuient l’antisémitisme de l’URSS des années soixante-dix. 

Sergey Brin est donc élevé dans la banlieue de Washington en compagnie de son frère cadet. Il se révèle un élève doué et extraverti, aussi brillant en mathématiques que son père et aussi bon scientifique que sa mère, ingénieure à la Nasa. Après, un début dans l’Université du Maryland où son père enseigne, Sergey réussit à intégrer la prestigieuse Université de Stanford en Californie.

Il précède de deux ans l’arrivée de Larry Page, fils cadet de deux professeurs d’informatique. Larry est initié très tôt à l’informatique. 

L’ordinateur agit sur Larry comme une révélation. Cadet timide et réservé, il développe une véritable passion pour l’informatique et la technologie. Dites-vous qu’à tout juste six ans, son idole est Nikola Tesla. 

Lorsque les deux jeunes hommes se rencontrent sur le campus de Stanford, le courant passe assez vite. C’est vrai qu’ils ont beaucoup de choses en commun, même éducation scientifique, même goût pour le débat intellectuel et même fond un peu…arrogant. Et surtout, ils sont tous les deux informaticiens de deuxième génération, une qualité très rare pour l’époque ! 

Le département informatique de Stanford leur offre d’ailleurs un ordinateur pour travailler et même un bureau dans des locaux dédiés à la recherche.  

Sergey

“Alors Larry, c’est pas trop dur les mathématiques ? Ça doit changer de l’université du Michigan…” 

Larry

 “Au moins, moi j’ai eu la chance de commencer mes études dans le pays avec la meilleure éducation scientifique au monde !” 

Sergey

“Ça reste à prouver. Enfin, j’imagine qu’en tant que petit gars du Middlewest, le nom de Youri Gagarine ne te dit rien ?” 

Larry

” Ça me dit quelque chose mais le premier homme sur la lune, c’était pas Neil Armstrong ?”

Sergey

” Je peux pas dire le contraire, ma mère travaille pour la NASA.”

Larry et Sergey passent leur temps à débattre. Tout est sujet à controverse. Le but : rallier l’autre à sa cause. 

Mais ce n’est que pour le panache et le plaisir du “bon mot” car sur le fond, ils sont d’accord. 

Pendant ce temps, le monde amorce sa révolution avec la naissance du web et ils ont bien l’intention de faire partie des pionniers de ce nouveaux territoires… 

Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google 

Organiser l’information du Web

Au milieu des années 90, internet se développe à toute vitesse aux États-Unis. Le réseau est d’abord un outil développé par les scientifiques et les universités. C’est notamment un chercheur de Stanford qui développe le protocole TCP/IP, père de l’internet aujourd’hui.

Larry et Sergey travaillent donc dans un laboratoire à la pointe de la technologie des années 90 à Stanford. Larry est fasciné par le nombre de données accessibles sur la toile mais effaré par la difficulté de retrouver une information. 

Il existe bien des moteurs de recherches mais les résultats qu’ils remontent sont peu pertinents.

Le web est un nouveau far-west et Larry et Sergey ne sont pas les seuls à vouloir le découvrir. Deux de leurs condisciples Jerry Yang et David Filo décident de prendre le modèle de la recherche sur internet à bras le corps. La classement des sites se fera à la manière d’un annuaire dont les fiches seront rédigées par une armée de rédacteurs. Yahoo est en train de s’inventer à côté de Google.

De son côté, Sergey travaille avec l’un de ses professeurs à trouver le moyen d’extraire des montagnes de données. Sans le savoir, il est en train d’inventer le data mining. 

De son côté, Larry sort tout juste d’un gros projet et parcourt le web via Altavista, un moteur de recherche qui donne de bien meilleurs résultats que ce qui existe sur le marché. En analysant ses recherches, il se rend compte que le moteur remonte des liens hypertextes. Son intuition lui souffle qu’il y a quelque chose à creuser. Larry décide alors de télécharger l’intégralité d’internet.

L’ambition du projet ne peut que retenir l’attention de Sergey. Larry-et-Sergey se lancent donc dans cette recherche de lien aussi folle que coûteuse. Chaque fois que leur logiciel “Araignée” parcourt internet, ça coûte 20 000 dollars à Stanford.  C’est Larry qui fait cette estimation. Derrière le chercheur couve déjà l’homme d’affaires. 

L’idée est là pour Larry-et-Sergey : créer un moteur de recherche performant. Petit à petit Larry comprend que les fameux liens sont une mine d’or inexploitée. C’est à ce moment-là que Larry développe son fameux concept de pagerank. 

Larry

“Une page est référencée dans son moteur de recherche en fonction du nombre de liens extérieurs qui pointent vers elle et la qualité de ses liens.”

C’est avec cette idée révolutionnaire que Larry-et-Sergey créent “BlakRub” leur premier moteur de recherche. 

Un nom qui ne fait pas l’unanimité.

Un soir, Larry, Sergey et Sean, un condisciple, se retrouvent devant un tableau blanc pour trouver un nouveau nom.

Larry

“Bon, j’en peux plus, j’ai le cerveau bousillé, j’arrive plus à réfléchir.” 

Sean

“Et pourquoi pas Gogolplex ? Vous créez une boîte qui indexe et organise des milliers de données. Ça a du sens non ?” 

Larry

“10 à la puissance Gogol. Un chiffre plus grand que le nombre d’atomes dans l’univers. Ça me va, c’est plus court, c’est mieux ! Appelons le Gogol”

Ce sera donc Gogol, sauf qu’au moment de réserver le nom de domaine, le nom est mal orthographié. L’entreprise qui vient de naître est baptisée – sur une faute d’orthographe –  Google. 

Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google 

Quand Google devient une entreprise

Mandarin Gourmet, PALO Alto, mars 1998.

Sergey

“Attendez, on ne quitte la table avant d’avoir ouvert les fortunes cookies.” 

Larry

“Je me demande comment un scientifique comme toi peut se prêter à ce genre de tradition fantaisiste. Ce n’est pas un morceau de papier dans un cookie qui va nous dire si Altavista est intéressé par Google.” 

Paul Flaherty, architecte technique d’Altavista sourit sur les dernières paroles de Larry. Il passe un très bon moment avec ses deux jeunes chercheurs si  enthousiastes. Leur projet est vraiment intéressant et logiquement il devrait intéresser Altavista qui possède 54% des parts de marché de la recherche sur internet. 

Larry et Sergey espèrent un million de dollars de ce rendez-vous. Il faut dire qu’ils ont besoin d’argent. Pour l’instant, ils récupèrent des vieux ordinateurs sur le campus pour faire tourner leur moteur de recherche mais le système D a ses limites…   

Quelques semaines plus tard, le couperet tombe. Altavista refuse leur proposition. 

Mais ce n’est pas le moment de désespérer, Larry et Sergey repartent au charbon. Ils frappent à toutes les portes mais toutes les portes se referment…

Les moteurs de recherches ne veulent pas de cette fameuse solution de PageRank. Yahoo le premier, qui refuse mais suggère quand même aux deux doctorants de se lancer à fond dans leur projet s’ils y croient vraiment.

Larry et Sergey décident de temporiser. Ils restent à Stanford et continuent de développer leur moteur de recherche avec les moyens du bord.  En octobre 1998, ils lancent une nouvelle version et communiquent dessus. Les retours sont encourageants mais que faire sans argent ?

Août 1998, Larry et Sergey désargentés attendent sous le porche d’une maison de Palo Alto, le énième rendez-vous d’un potentiel investisseur. L’homme qu’ils doivent rencontrer ce jour-là est Andy Bechtolsheim, investisseur légendaire de la Silicon Valley.

Andy

“Salut les gars, j’imagine que c’est vous les deux nouveaux petits génies d’internet. On rentre à l’intérieur pour discuter ?” 

Larry

“Alors notre moteur peut télécharger, indexer et rechercher l’ensemble de l’internet avec un réseau d’ordinateurs à bas prix.  On donne à l’utilisateur les meilleurs résultats de recherche du marché.” 

Quelques minutes plus tard Andy est convaincu par le discours des deux jeunes chercheurs, il reste néanmoins une question à régler. 

Andy

” Les gars, je mets les pieds dans le plat. Comment allez-vous gagner de l’argent ?”

Larry 

” Bah on va construire un public d’utilisateurs et après on vendra de la publicité.”

Andy

“C’est la meilleure idée que j’ai entendue depuis des années.” 

Quand Andy part vers son prochain rendez-vous, il laisse à Larry et Sergey un chèque de 100 000 dollars parce que le chiffre est rond et agréable.

Le chèque reste deux semaines dans le tiroir de Larry. Le temps de monter Google Incorporated, l’ordre inscrit au verso du chèque.

Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google

Le décollage et financement

Menlo Park, Californie, automne 1998.

Sergey

“Ouf, dernier carton ! J’en peux plus. Larry, t’en es où avec le garage ?” 

Larry

“J’ai terminé les branchements, je n’ai plus qu’à rallumer les serveurs !” 

Susan

“Salut les gars ! Je venais vous remercier pour le chèque mais 1700 dollars c’est trop, il y a 200 dollars de plus que convenu.” 

Sergey

“Ah, salut Susan ! Larry et moi on a pensé que ce serait bien d’anticiper les taxes. Tu sais, on est là pour longtemps et on veut faire les choses bien, surtout avec une propriétaire comme toi.” 

Susan

“Merci les gars, c’est vrai qu’un garage capable d’héberger un centre de la Nasa vaut bien 200 dollars de plus..”  

Larry et Sergey viennent tout juste de finir d’aménager. Le chèque d’Andy Bechtolsheim a été un véritable déclencheur. Suite à cet apport, ils ont osé demander de l’argent à leurs amis et à leur famille mais surtout ils se sont mis en congé de Stanford. Ils sont dorénavant entrepreneurs et même patrons puisqu’ils ont embauché un collègue de Stanford ! 

Contrairement aux prévisions de Sergey, les deux fondateurs de Google ne restent pas plus de cinq mois dans la grande maison avec jacuzzi de Susan.  

Début 1999, ils déménagent leur bureau dans le centre de Palo Alto. Google traite dorénavant plus de 100 000 requêtes par jour et compte 8 salariés. Une croissance due uniquement au bouche à oreilles et déjà célébrée en 1998 dans PC Magazine qui classe Google dans les 100 premiers sites web.

Google gagne en notoriété sans dépenser un centime. En revanche, l’augmentation du trafic a un coût. Très vite, au cours de l’année 1999, le nombre de requêtes atteint les 500 000 par jour. Pour Larry et Sergey, il faut toujours plus d’ordinateurs, donc toujours plus d’argent. 

Les deux hommes décident d’approcher les deux plus importantes sociétés de capital risques de l’époque de la  Silicon Valley : Kleiner Perkins et Sequoia Capital.

Il ne savent pas combien d’argent ils vont lever mais ils sont sûrs d’une chose : ils veulent garder le contrôle de leur entreprise.  

Les deux sociétés de capital risques ne se font pas prier. 

Depuis des mois, elles voient défiler dans leurs bureaux des entrepreneurs promettant monts et merveilles sur la base de business plans affublés de montants prévisionnels délirants. Alors quand Larry-et-Sergey se présentent avec un produit viable et 500 000 requêtes par jour, elles décident d’investir simultanément.

Le 7 juin 1999, Kleiner Perkins et Sequoia Capital investissent respectivement 12,5 millions de dollars dans Google. Les deux sociétés de capital risque posent néanmoins une seule condition :  Google doit engager un cadre expérimenté pour se transformer en entreprise rentable.

Malgré les déclarations triomphantes de ce milieu d’année, la société de Larry-et-Sergey ne gagne toujours pas d’argent.

Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google

Comment gagner de l’argent ?

Pour faire vivre et grandir Google, il faut de l’argent.

Une fois l’argent des investisseurs rentrée, Larry et Sergey se précipitent chez Fry’s le géant de l’électronique de la Silicon Valley où ils font le plein d’ordinateurs, de disques durs et de mémoires. Dans leurs locaux, les employés de Google s’attachent à démonter et enlever toutes les pièces inutiles des pc avant de les remonter et de les mettre en réseau.

De la même manière, ils choisissent Linux pour système d’exploitation plutôt qu’un logiciel payant de chez Microsoft. Là où un concurrent dépense trois dollars, Google n’en dépense qu’un pour la même technologie.  

Mais Google se lance aussi dans une politique agressive d’acquisition… 

Larry

“Hé Sergey, j’ai repensé à cette histoire de publicité…” 

Sergey

“Quoi ? Attends, viens, on s’entend pas penser ici…” 

Larry

“Écoute on est d’accord, de la publicité sur un moteur de recherche, ça biaise forcément les résultats.”

Sergey

“Va droit au but, moi non plus je n’ai pas envie de perdre Google faute de moyen.” 

 Larry

“Écoute, ce que je te propose c’est qu’on sépare les résultats des publicités pour les annonceurs. Lors de l’affichage des résultats, il y aura deux endroits distincts.”

Sergey

“Des bannières sur notre site ?”

Larry

“Non Sergey, on affichera ça de manière discrète, sous la forme d’un hyperlien, par exemple.”

Cette discussion Larry-et-Sergey  l’ont depuis plusieurs mois, que ce soit au Burning Man, le festival hippie où ils se rendent chaque année ou dans leur bureau de Palo Alto. Cette fois, elle semble avoir trouvé sa résolution. Google va gagner de l’argent en vendant aux entreprises des publicités discrètes et ciblées sur les pages de résultats.

En 2001, Google réalise son premier bénéfice de 7 millions de dollars grâce à la publicité. La bulle internet a bien éclaté mais pour Google qui gagne de l’argent c’est surtout l’occasion d’embaucher les meilleurs ingénieurs de la Silicon Valley. Cette année-là Google effectue, dès janvier, 100 millions de recherches par jour ! 

Janvier 2001 c’est aussi le mois où Google finalise le recrutement de son nouveau directeur général. Un recrutement qui a pris du temps tant Larry-et-Sergey ne sont pas pressés de voir un nouveau PDG à la tête de Google.

Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google

Un nouveau PDG et la difficulté à lâcher

Doerr

“Sergey ?” 

Sergey

“Hey Doerr, comment vas-tu ? J’allais t’appeler !” 

Doerr

“J’ai eu Éric en ligne, il m’a dit que toi et Larry avez reporté le rendez-vous ?” 

Sergey

“Écoute, Larry et moi on veut vraiment le rencontrer mais cette semaine ça tombait mal, on vient d’avoir de nouveaux serveurs et..” 

Doerr

“Serveurs que vous achetez avec l’argent de notre accord ; accord qui stipule que vous devez prendre un dirigeant expérimenté. Fin de la discussion. J’attends maintenant que toi ou Larry me rappeliez avec le débrief de votre entrevue avec Schmidt.” 

Le dirigeant de Kleiner Perkins harcèle Larry-et-Sergey depuis plusieurs mois pour qu’ils recrutent un PDG capable de faire franchir à Google un nouveau cap. Mais du haut de leur 28 ans, Larry et Sergey voient d’un œil très critique l’arrivée d’un senior qui va étouffer la créativité et l’agilité de leur entreprise. 

De son côté, Éric Schmidt n’a pas plus envie que ça de rencontrer les fondateurs de Google. PDG d’une société de logiciel, Novel, il cède son activité et s’implique à 100% dans la fusion. S’il a accepté le rendez-vous, c’est pour faire plaisir à Doerr qu’il apprécie particulièrement. L’obstination de ce dernier finit par payer et en décembre 2000, Larry, Sergey et Éric se retrouvent autour d’une table.  Et disons le tout net, tous les trois sont là contre leur gré. 

Sergey

“Merci Éric d’être venu. Nous cherchons un nouveau PDG pour Google mais je vais être direct. Je doute fort que vous fassiez l’affaire, du moins si j’en crois la stratégie stupide que vous mettez en œuvre pour la fusion de Novel.” 

Eric

“Je ne suis pas venu me faire insulter gratuitement. J’entends que vous n’appréciez pas ma stratégie. Personnellement, ce que je trouve stupide c’est d’entamer une discussion sur une insulte et non sur des faits.” 

Larry

“Sergey est impulsif mais pour moi la vraie question est qu’allez-vous faire après la fusion de Novel ? Si toutefois elle réussit…” 

Eric

“Elle va réussir, je suis en train de mettre en place toutes les garanties nécessaires. Et pour répondre à votre question. Je ne sais pas. Quand je me consacre à quelque chose, c’est à 100%. Je verrai demain pour la suite.” 

La discussion se poursuit pendant une heure et demie. Au fur et à mesure la tension diminue, même si les échanges restent vifs. En sortant, Éric est convaincu qu’il va travailler un jour avec Google. Larry et Sergey sont moins enthousiastes, ils ont apprécié l’échange mais ils veulent s’assurer qu’Éric Schmidt sera 100% impliqué dans Google.

Deux mois plus tard, les trois hommes arrivent à un accord et Éric Schmidt est intronisé PDG de Google en ce début 2001.

Une nouvelle ère s’ouvre pour Google et pour le monde aussi. 

Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google

Épilogue 

Don’t be evil ! Ne soyez pas malveillant, en français. Le slogan informel de Google est-il encore d’actualité pour Larry-et-Sergey, aujourd’hui ?

Est-il possible de continuer à porter ce slogan quand on gère une société qui fait 200 milliards de chiffre d’affaires en 2020. Une société qui permet à des millions de personnes d’accéder à l’information dans leur propre langue. 

Google n’échappe pas à la critique. L’idée ici n’est pas de savoir qui a tort ou qui a raison. Mais plutôt d’essayer de comprendre : est-on le même entrepreneur avec 100 ou 90 000 salariés ? 

Larry, Sergey et consorts ont fait grandir Google, l’ont transformé. D’un simple moteur de recherche, ils en ont fait une société aux multiples ramifications. Youtube et ses plus de 2 milliards d’utilisateurs par mois, Androïd qui affiche 2,5 milliards de terminaux actifs  ou bien Gmail et ses 1, 5 milliards d’utilisateurs. 

Il est légitime de se demander si finalement ce n’est pas Google qui a changé Larry-et-Sergey…  Après tout, une telle entreprise, un tel défi changerait n’importe quel homme. 

La question est juste de savoir s’il s’agit d’un changement en bien ou en mal.

Et ça c’est une autre histoire.

Sergey Brin et Larry Page: comment ils ont créé Google

Notes

The Google Story (2018 Updated Edition): Inside the Hottest Business, Media, and Technology Success of Our Time

Histoire de Google : toute la chronologie – Optimiz.me

L’histoire de Google – Semji.

Google — Wikipédia

Table des matières

Vous voulez avoir le prochain épisode en 1er et les coulisses ?